Camisards.net
 
Version Française
English version
Deutsch version
Holland version

Un poème en langue allemande de Philippe Beyer

Je me permets de vous faire parvenir les références de mon poème " Kamisarde, großer " publié ce printemps sur mon site internet en langue allemande, consacré à la littérature et la photographie en Alsace-Lorraine : http://www.buddigg.com/

En ce qui concerne mon poème, j'essaie de vous le présenter en bref
(TRADUIRE un poème est toujours chose très délicate!):
Strophe 1: le Camisard en tant que "mangeur-de-sauterelles" dans le désert que l'on a fait autour de lui; son âme triomphe quand même, qui est un grand jardin; allusions au "Razement des Cévennes" et à la
réponse de Pierre Séguier lors de son interrogatoire.
Strophe 2: on veut lui "casser le dos" (en allemand= casser à quelqu'un sa personnalité) en l'envoyant ramer sur les galères du bout du monde; le Camisard, un Cathare qui porte la chemise interdite.
Str. 3: Le Camisard dort "sous les étoiles" d'un pays qui n'appartient qu'à lui et au loup; pain et ail au bord du torrent; Bible et psaumes sous la protection des rochers.
Str. 4: "Résister", allusion à la Tour de Constance et Marie Durand; indirectement aussi à Rolland qui, si mes souvenirs sont bons, était toujours accompagné de sa femme.
Str. 5: la maison en ruines, les champs partis en fumée; le Camisard un "combattant-occitan-qui-va pieds-nus"; l'âme du Sud, impossible à saisir, impossible à briser.


La terre est mon lit! - Le ciel, ma couverture!
Erkennungswort der Kamisarden


Kamisarde, großer
Von Philipp Beyer


Du zahnloser Heuschreckenfresser in der Wüste,
Die sie um dich legten,
Du zeigst es ihnen:
Ein großer Garten, deine Seele!

Sie brechen dir, wenn sie dich haben,
Brechen dir Rippen und Rücken
Auf rudernder Galeere am Ende des Weltmeers,
Du Katharer im verbotenen Hemd!

Du schläfst unter den Sternen des Landes,
Das dein ist nur und dem hageren Wolf,
Kamisarde, großer, in deinen Cevennen:
Brot und Knoblauch am Bergbach,
Bibel und Psalmen am Fels!

Résister – es ritzt’s deine Frau
In die Kerkerwand – résister! –
Für euch und für euer Kind,
Das ihr zeugtet am Berg, im Gras, dem harten!

Dein Haus ist Rauch und Asche dein Feld;
Du weißt, okzitanischer Barfußkämpfer:
Sie würden dich brechen, wenn sie dich nur hätten,
Du die verbissene Seele des Südens!

Marie Durand, Pierre Séguier, Abraham Mazel und den vielen anderen gewidmet, die sich nicht beugten.

© 2002 Ph. Beyer