Camisards.net
 
Version Française
English version
Deutsch version
Holland version

 

Biographie de PIÉMARCÉ

PIÉMARCÉ (de) (PIEDMARCE, PUYMARCE) Alexandre de Brueys, de Saint Chapte. Frère cadet du baron de St Chapte, tombé amoureux d'une prophétesse de St Chapte, bien qu'ancien catholique, il combattit courageusement avec les camisards, en particulier au combat de la tour de Billot (Marion p 49). La prophétesse qu'il aimait ayant été tuée au combat de Brueis (18 mai 1703), il se rendit le 10 août et dénonça alors ses anciens compagnons, dont 17 furent condamnés aux galères (novembre 1703) et autant de femmes mises en prison au fort d'Alès. "Il (PIÉMARCÉ) leva une compagnie de grenadiers et s'en allant de village en village il prenait prisonnier tous ceux qu'il connaissait être du parti des fanatiques" (Anonyme publié par Tallon p 48 et 77). Accusé plus tard d'avoir tué sa femme, il fut condamné aux galères le 18 mai 1707, peine qu'il n'accomplit probablement pas car nous n'avons pas retrouvé son nom sur les registres des galères. Sources : Bosc I 682, 683 note 5, ADHérault liste Piémarcé C 192.328, ADH C 184, Cavalier p 90, M. Pin Jean Cav. p 209-210, Soeur de Mérez p 26.
(d'après Dictionnaire des camisards)

Complément-erratum :

Alexandre de Brueys de Piémarcé a bien été aux galères !
Mr Mike Morice nous a fait part d'un renseignement retrouvé aux archives départementales du Gard (cote 85J214 du Fonds FALGAIROLLE, petit livre de transcriptions et notes diverses sur les BRUEYS, page 10 de la section intitulée "Notes diverses sur la famille de BRUEYS").
Laissons la parole à Mike Morice :

"Concernant le curieux comportement de Alexandre de BRUEYS de Piémarcé, dont
vous vous demandez s'il a accompli sa condamnation perpétuelle aux galères
du 18 mai 1707, je viens de trouver que :
- "il fut libéré des galères le 12 avril 1728 en vertu d'un ordre du Roi du
31 mars précédent" ;
- sa fille Anne a épousé un David d'ALEYRAC.
Curieusement, on pourrait comprendre que Alexandre serait décédé d'après le
contrat de mariage de son fils Jean Félix du 25 février 1723. Cependant il
est bien revenu vivre à Saint-Chaptes (Gard) où il est décédé le 17 janvier
1743."

Un grand merci à notre correspondant. Qui retrouvera la trace de ce curieux personnage aux galères ?