Camisards.net

Nouveautés

 
Version Française
English version
Deutsch version
Holland version

Plan du site


L'attaque de la maison de l'hôte Alibert, d'Aulas,
Interrogatoire de Jacques Cregut de Ferrussac

L'attaque de la maison de l'hôte Alibert, d'Aulas, et le massacre des convives qui s'y trouvaient. Interrogatoire du seul rescapé, le camisard Jacques Cregut de Ferrussac (paroisse de Meyrueis). Textes présentés par Pierre Rolland.

Voici comment Henri Bosc, dans son ouvrage "La guerre des Cévennes" le plus complet et le plus détaillé sur la guerre des camisards paru à ce jour, raconte l'affaire:

"Il y aurait eu, aux alentours de cette date (24-25 avril), un engagement assez important entre les troupes royales et les camisards, qui a été passé sous silence par la plupart des historiens et dont Bâville entretint le ministre Chamillart le 27 avril. Du côté du Vigan, une troupe de rebelles avait fait son apparition, une partie de cette bande s'était retirée dans un cabaret et avait été attaquée de nuit par le sieur de Latude, capitaine de dragons du nouveau régiment du Languedoc. Cet officier réussit à la disperser et aurait tué une quinzaine de camisards, n'en gardant qu'un "pour servir d'otage" (Arch. de la Guerre, vol. 1709 f° 119). On n'a aucun détail précis sur cette affaire". (Bosc, vol. 1 page 662).

Henri Bosc en est resté aux informations données par une lettre de Basville au ministre, reprenant la version donnée par le principal acteur (côté militaire) de l'action. S'il avait pu croiser cette information avec d'autres (mais peut-être ne les a-t-il pas eu en main), il aurait reconstitué une scène bien différente de celle de l'officier Latude. Ces informations, publiées pour la première fois à notre connaissance (excepté un passage des "Itinéraires protestants" relatant l'affaire dans ses grandes lignes), permettront au lecteur de se faire une idée sans doute assez proche de la réalité de ce qui s'est passé. Ces documents sont :

- Une note d'une douzaine de lignes envoyée à Antoine Court, provenant probablement d'une personne favorable aux camisards, ou pour le moins protestante.

- Une relation envoyée au même Antoine Court, provenant probablement aussi d'un protestant, mais opposé aux camisards ("sur le prétexte de rétablir la religion en France"). Nous avons laissé l'intégralité du texte, bien qu'une partie ne concerne pas notre affaire.

- Un paragraphe des mémoires du camisard devenu pasteur Gaubert

- Enfin l'interrogatoire intégral de Jacques Cregut, le camisard arrêté, qui nous a paru très intéressant non seulement pour la version qu'il donne de l'affaire où il a été pris, mais également pour tous les renseignements qu'il donne sur la vie du camisard "de base".

Texte des Papiers Court, BPU de Genève, 17 B, f° 556
(c)
De la Theude capitaine de dragons avec Mr d Assas cap de la Bourgeoisie feurent tomber sur une troupe de jeunes gens qui se divertissoient dans une maison d Aulas ou il y avoit un camisar, on fit main basse sur eux il y eu de morts Jean Viguier, Anterieux, La Pierre, Alibert me de la maison, tous d'Aulas, François Abric fut laissé pour mort mais il echapa, la femme d'Alibert fut laissée aussi pour morte mais elle vecu encore 4 ou 5 mois en tout il y en eut 7 de morts La maison fut pillée

En note au-dessus du § c et sur le coté:

Pere du gouverneur de Milord, il (Mr de la Theude) fut cause de ce massacre par jalousie contre Alibert qui etoit expert et navoit pas estimé comme il auroit souhaité le bien de Mr du Bouillet parent d'Assas.

Texte des Papiers Court, BPU de Genève, 17 U, f° 431
Le 21 avril 1703, un capitaine de dragons appelé mr Latude de Montagnac étant en garnison au Vigan, à dix heures du soir est allé en la ville d'Aulas et dans la maison du sieur Alibert où il a fait tuer ledit sieur, Anthérieu son neveu, le fils aîné de Vigier, un nommé Mallié, le fils de la Fournière, un nommé Nadal, un Cabanis de Molière, la femme du sieur Alibert blessée à mort, croyant que toutes les gens fussent des camisards, comme cela on appelait les troupes qui étaient dans le bois, qui ne sortaient que la nuit brûlant les églises, tuant les prêtres, ravageant les villes et villages par tout le Bas Languedoc à la réserve de Nîmes, Montpellier, Saint Hippolyte et le Vigan qui se fortifièrent et défendirent toutes les Cévennes, et toutes souffrent extraordinairement. Le tout a été sur le prétexte de rétablir la religion en France. Il y a dix-sept ou dix-huit brigades de ces gens ; celles de nos cantons étaient gouvernées par Jean Delanne de Roquebrune, travailleur de terre qui a été pris et tué à Mars le 3e mai 1703. Ayant manqué sa troupe composée de 80 hommes, les autres dessus écrites les unes de 300 et les autres de 400 hommes, les plus fortes de 700 hommes ; on aurait déjà brûlé Avèze, Bréau, Montdardier, Lanuéjols, .... , toutes les hautes Cévennes, tout Lavaunage et Bas Languedoc ; toutes les villes qui ont pu résister étaient pleines de troupes, au Vigan nous y avons encore 16 compagnies, savoir 12 de dragons de Fimarcon et 4 d'infanterie. Dieu veuille apaiser son courroux et nous donner la paix par sa grande miséricorde.

Texte extrait des Mémoires de Gaubert Manuscrits Court, volume 17 B f° 367 et sq)
L'an 1703 au mois d'avril dans Aulas se fit ou à un village nommé Salagosse, de la paroisse d'Aulas. Dans la nuit un officier du Vigan qu'on appelait La tude ou tunne fit un détachement à l'aventure, s'en fut à Aulas. Il pouvait être 9 heures du soir, or dans un cabaret où il n'y avait que l'homme et la femme appelé mr Allibert, y avait 6 hommes qui soupaient. Il y en avait quelqu'un qui était venu de l'assemblée, d'autres qui n'y avaient pas été. Ce mr Latude les entendit parler, y entra avec ses soldats, et fit massacrer ces gens-là sans leur dire pourquoi ni comment, et un d'eux se jeta dessous la table, la table lui tomba dessus, il fit du mort et se sauva après qu'ils furent sortis de la maison. On tua aussi l'hôte de la maison mr Allibert. On crut d'avoir aussi tué sa femme, mais elle en échappa. Quoiqu'elle eut plusieurs blessures, elle vécut encore une dizaine d'années, on ne fit rien à la servante à cause qu'elle était papiste, on pilla la maison, on y mit le feu, mais il s'éteignit.

L’historien catholique La Baume rapporte la mêmes scène de façon assez proche, sauf que le " souper " est devenu une assemblée (Relation historique ... page 171) :

Mr de La Tude, qui commandait quatre compagnies de dragons au Vigan, fut à Aulas sur la fin du mois d’avril. En passant devant la maison du sieur Alibert, qui faisait facturer des draps, il entendit quelque bruit, ce qui l’obligea à faire investir la maison. Il y trouva deux Camisards avec leurs armes, qui portaient des cocardes vertes où pendait un bout de frange ; c’était une marque pour se connaitre entre eux. Il y avait aussi cinq ou six autres hommes.

L’assemblée qui avait été convoquée commençait à s’assembler ; il fit passer au fil de l’épée Alibert, sa femme et sept hommes, et n’épargna qu’un camisard et une servante qu’il fit conduire à Alais ...

 

ADHérault C184.322
Interrogatoire de Jaques Cregut tisserand de cadis fils de feu Jean du mazage de Ferrussac paroisse de Meyrueis.

Henry de Ginestoux seigneur d'Argentières gouverneur et viguier de la ville et viguerie du Vigan subdelegué de Monseigneur de Baville Intendant de Languedoc

Du vingt troisieme avril mil sept cens trois dans la jaule des prizons royaux du vigan.

Avons mandé venir desd prisons un jeune homme de moyenne taille ayant les cheveux noirs et assez longs estant en chemizette de cadis burel portant deux paires de chausses l'un gris et l'autre burel portant une chemise de toile blanche portant des bas faits a laigulhe blancs et bons souliers et un chapeau noir retroussé

Auquel avons demandé son nom surnom religion age qualité demeure et le sujet de sa detension

Lequel après avoir presté serment de dire vérité nous a dit se nommer Jaques Cregut tisserant de cadis fils a feu jean du mazage de Ferrussac paroisse de Meyrueis age d'environ vingt cinq ans faizant profession de la religion pretendue reformeée et que huit jours après la St Michel il feut a Aulas s'estant loué avec Alibert hoste de la Treille dud Aulas pour amasser les chatagnes dans lequel temps il feut avec François Martin fournier dud Aulas a une assamblée qui feut faite au-dessus de Salagosse dans une claye appellée la Borie du Gendre y ayant environ quatre vingts personnes hommes ou femmes qu'il ne connut pas. Led François Martin luy ayant dit que le predican s'appelloit Delenne, led Delenne estant d'une taille un peu plus grand que luy ayant les cheveux chatains. Et huit jours avant les festes de la Noel dernier il auroit quitté led Alibert estant allé travaillé de son metier avec le nommé Laval ou il resta de travailler de son metier de tisserand de cadis jusques sur la fin du mois de janvier dernier que le fils du Sr Desmazes dud Aulas faizant recrue dans le temps quil travailloit estant derriere le mestier de tisserand a la maison dud Laval le fils dud Sr Desmazes acompagné de deux de ses soldats de sa recrue le seroient veneu prendre et enlevé disant qu'il estoit enrollé avec luy. Et ayant resté deux ou trois jours a la maison du Sr Desmazes voyant qu'il estoit enrollé par force il auroit dezerté pour aller a Anduze travailler de son metier de tisserand estant party d'Aulas au commansement du mois de février dernier, et pour aller aAnduze seroit passé par Mandagout a Taleirac a Bonperié aux Plantiers paroisse de St Marcel de Fonfouliouze et a Saumane auroit rencontré la troupe de fanatiques dont le chef estoit le nommé Castanet de Massevaques estant un petit homme assés gros portant une peruque blonde habillé de minime doublé de rouge portant sur le chapeau un crespe disant quil fait deuil de son pere; son lieutenant etant le nommé Laroze tisserand de son mestier ne sachant pas son nom ny sa demeure estant d'une grande taille portant une perruque noire megre de visage. La troupe des fanatiques estant composée d'environ cent quarante hommes y en ayant quarante d'armés. Led Castanet menant une jeune fille faizant la profetesse agée d'environ quinze a seze ans qu'on dit estre de St andré de Valbornie. Led Castanet ayant obligé led Cregut a les suivre luy ayant baillé un fuzil et une chemise blanche qui est la meme qu'il porte presentement et un galon d'or pour border son chapeau comme il fit. L'ayant logé ce meme jour a Saumane chés le nommé Bastide avec trois autres inconnus aud Cregut et aussi le reste de la troupe quatre a quatre chés les habitants dud Saumane, led Cregut n'ayant reconneu aucun de la troupe que le nommé Thomas d'Aumessas qui avoit dezerté de la Compagnie du Sr Delavaurs ayant soupé aud Saumane ils en seroint partis ayant marché toute la nuit ne sachant ou ils feurent; le lendemain au chateau de Lom dans la paroisse dud Saumane le nommé Estienne fils du nommé Causses Vertes de Pracoustals paroisse d'Aulas feut les joindre ayant resté avec la troupe dud Castanet depuis ci fait environ quinze jours qu'il le quitta , led Castanet le faizant marché de nuit le plus souvent et le jour dans le païs desert et inconnus dud Cregut les faizoit reposé; et les habitants des environs ou ils roullent qui leur portoit des vivres n'en connaissant aucun tous obeissant au commandement dud Castanet ne restant presque jamais a un meme endroit et ne sachant jamais ou Castanet les conduizoit; led Castanet ayant beaucoup d'argent qu'il faizoit rensonner de plusieurs endroits. Led Castanet ayant presché deux fois a l'eglise de St Marcel de Fonfouillouse suivi de sa troupe beaucoup des habitants de la paroisse et des environs y ayant acisté n'en connaissant aucun, led Castanet ayant fait bruslé trois maizons a St André de Valbornie ne sachant a qui elles apartenoit. Il fit ensuitte le soir dans la nuit une assamblée au dessous de St André de Valbornie dans un pré a deux portées de fuzil. Led Castanet y ayant presché y estant veneu plusieurs personnes de St André et des environs que led Cregut ne connut pas. Il feut au Pompidou et ce plaignant que les habitants de Fraissinet de fourques l'avoit menacé de luy brusler sa maison il feut aud Fraissinet avec sa troupe qui a grossy jusques a deux cents, les deux tiers armés ny en ayant jamais plus eu et commanda de brusler et tuer disant que ceux qui ne le faizoit il leur tireroit dessus. Les habitants dud Fraissinet les ayant veus venir ce seroint refugies a la maizon ou ils faizoit corps de garde Castanet et sa troupe ayant mis le feu au lieu tué cinq personnes hommes ou femmes et les habitants auroint tué cinq hommes de la troupe de Castanet; ils feurent au chateau Daires dans lequel temps Larose lieutenant de Castanet feut dans la nuit ne sachant ou avec un detachement de vingt hommes, et ayant revenu. Il le vit portant un justecorps de drap gris de fer galonné dor et une veste rouge galonnée d'argent. Ils feurent au chateau de St Sauveur et a Camprieu ou ils desarmerent le chateau et les soldats et Bourgeoisie de Camprieu. Aux Plantiers une autre troupe de fanatiques en nombre de cent quarante ny en ayant pas la moitié d'armés menés par le nommé Salamon les vint joindre et resterent deux jours avec eux et ensuite cette troupe se retira du costé de la montagne de Louzere; et il fait environ quinze jours que voulant quitter comme il fit aux Plantiers Castanet, il promit de le rejoindre dans deux jours. Estant party avec le nommé Estienne fils de Causses Verdes de Pracoustals, le nommé Thomas d'Aumessas; le nommé Abran ne sachant d'ou il est, le nommé Pompeira de Ganges, un soldat qui avait deserté son capitaine, et un autre homme inconnu aud Cregut repondant; estant en nombre de sept seroint allés le repondant portant son fuzil avec de poudre et trois bales que Larose luy avoit baillé, des Plantiers ou ils laisserent la troupe passerent a Bonperié dessandirent au pont de Cros, passerent a Taleyrac ou l'un des sept feut au vilage achaipter un pain de deux sols qu'ils mangerent, et a Peyrefiche entre Lavals et Mandagout ils se separerent led Cregut repondant et le nommé Causses verdes estant allés pres le mas de Pracoustals paroisse d'Aulas habitation dud Causses verdes dans la claye appellée la Borie du Gendre ou ils ont resté depuis jusques a hier, led François Martin fournié d'Aulas que le repondant avoit connu a l'assamblée qui c'estoit tenue lorsqu'il aidoit a chatagner a Alibert leur ayant porté des vivres, n'ayant veu plus autre personne. et hier environ neuf heures du matin led Martin le sus nommé Lenne predican portant un fuzil et trois pistolets. Le nommé Teulon de la paroisse de Valleraugue faizant le predican armé d'un fuzil et deux pistolets chacun suivi de deux hommes inconnus aud Cregut repondant, lesd deux hommes portant deux pistolets chacun, led Teulon paroissant estre agé d'environ trente ans gravé de la petite verolle, le vizage plain, les cheveux courts et noirs, habillé de minime, de grande taille. Ayant dit aud Cregut repondant et a Causses verdes qu'il faloit qu'ils vinsent avec eux pour aider a tenir une assamblée qu'ils vouloit faire a Salagosses, ce qu'ils auroint offert dans lequel temps lesd Lenne et Teulon parlant des affaires du temps led Teulon dit a Lenne quil estoit cette semaine derniere a la coste de Navés avec six de sa troupe et qu'ayant veu venir les dragons et les autres troupes et le garnison du Vigan ils auroint tiré deux coups de pistolets et ayant monté la coste de la Luzete et ayant trouvé un muletier ils lui auroint dit de dire aux dragons qu'ils les avoit veus et qu'ils estoient en nombre de deux cents qu'ils les attendoit et les dragons ayant monté a la Luzette led Teulon vit qu'ils se jetterent dans un bois et que les dragons les abandonnèrent et ensuitte led Lenne ayant posé le repondant en centinelle près de la montagne de Salagosses ou il resta de onze heures du matin jusques au soir. Led Martin fournié luy ayant porté du vin. Il se tint une assamblée dans le fonds de Salagosses. En nombre de deux cents personnes hommes et femmes du menu peuple de la paroisse d'Aulas led Lenne preschant et plusieurs chantant des psaume led Cregut repondant n'en ayant pas conneu aucun a cauze qu'il estoit loin d'eux. Et le soir led Lenne seroit venu rellever de centinelle led Cregut repondant, led Lenne avec led Cregut et Martin estant allés de compagnie jusque tout près de Breau ou ayant trouvé un homme de Breau qui se dit couzin dud Lenne led Lenne les auroit la quittés et s'en seroit allé avec son couzin vers Breau. Le repondant avec led Martin estant allés a Aulas estant arrivés environ neuf heures du soir. Le repondant connoissant la servante d'Alibert qui est de son village ils seroint passés par la porte du derriere de la maizon dud Alibert et seroint entrés dans la chambre du derriere ou ils auroint trouvé des personnes d'Aulas que le repondant ne connoit pas qui estoint en debauche. La servante leur ayant donné a boire et a manger sans qu'il aye vu Alibert ni sa femme, le repondant portant son justecorps de minime de meme couleur que la veste son chapeau bordé ayant a la mutine un ruban vert et un ruban bleu a la chemize. Et dans le temps qu'il soupoit ches led Alibert il a esté surpris par les troupes de la garnizon de la presante ville, lesquelles ont tué sur le champ led Martin, les autres qu'il trouva en entrant dans lad maison Alibert et sa femme et le repondant ayant demandé la vie en disant qu'il decouvriroit ses complices on ne la pas tué mais on la arresté et mené aux presantes prizons luy ayant osté son justecorps son chapeau luy en ayant baillé un autre et luy ayant pris les bales et poudre qu'il portoit ensemble trois livres quatre sols argent qu'il avoit sur luy et c'est le sujet de sa detension.

Interrogé ou est ce qu'il estoit avant la St Michel dernier

A repondeu qu'il estoit a son vilage ou il a resté depuis le mois de may mil sept cent deux a la rezerve de cinq ou six jours qu'il feut a Camprieu aider au Sr de Camprieu a depiquer ses bleds, sa soeur demeurant avec le Sr de Camprieu pour servante.

Interrogé s'il n'est vray qu'il feut au chateau du Rey la sepmaine derniere avec les autres fanatiques qui y feurent aussi; quel nombre ils estoint qui les commandoit.

A repondeu et denie l'interogatoire

Interogé s'il ne feut aussi avec led Teulon a la montagne de la Luzette la sepmaine derniere dans le temps que les dragons les poursuivoit

A repondeu et denie l'interogatoire

Interogé s'il ne connaissait Castanet avant qu'il feut le joindre a Saumane

A repondeu et denie l'interogatoire

Interogé si dans la troupe de Castanet il n'a conneu d'autres personnes que celles qu'il a dit memes aux assamblées.

A repondeu et denie l'interogatoire et n'avoir reconnu que les personnes qu'il nous a dit

Interogé sy dans le temps que Mr de Julien estoit a Saumane il ny feut avec les autres et la troupe de Castanet pour enlevé les prisonniers que M; De Julien avoit fait

A repondeu que la troupe de Castanet se separa en deux corps l'un desquels feut attaqué M. de Julien et l'autre ou il estoit commandé par Larose feut du costé de Peyrolles.

Interogé qui leur fournissoit la poudre les bales et les vivres.

A repondeu qu'il n'en sait rien.

Interogé s'il ne s'est séparé avec Lenne Teulon et autres de la troupe de Castanet pour venir dans la paroisse d'Aulas faire des assamblées et s'ils n'en ont fait plusieurs autres que celle d'hier et nous decouvrir les personnes qu'il y a reconnu et qui luy ont donné retraite et a manger.

A repondeu et denie de n'avoir reconneu autre personne que celles qu'il a dit dans son discours.

Interogé si le jour que Monseigneur le Marechal de Montrevel arriva en la presante ville du Vigan luy Castanet avec sa troupe nestoint a la coste de Naues

A repondeu et acordé l'interogatoire et qu'ils alloit vers la paroisse d'Aulas mais ayant apris larrivée de Monseigneur le Marechal au pied de Coste de Navés près de la Borie du Crestat ils auroint rembourcé a la montagne de l'Esperou

Exorté a mieux dire la verité

A repondeu l'avoir dit

Lecture faite des interogatoires et reponses contenir verité ny voulant adjouter ny diminuer et na seu signer de ce requis

Et le meme jour a quatre heures après midi

Et ce fait M le compte de Monpeiroux cappitaine de fuzilliers nous a exibé un lettre qu'il a dit avoir trouvé sur ledit Cregut

Laquelle lettre ayant exibé aud Cregut et interpellé s'il la reconnoit a dit que c'est la meme que M le compte de Montpeyroux luy a trouvée ; lad lettre ayant esté par nous parafée et signée au pied et attachée au presant interogatoire et ayant interpellé qui la luy a baillée.

Il a repondeu que hier led Teulon luy bailla lad lettre pour bailler a Castanet.

Interogé s'il a conneu d'autres personnes dans la troupe

de Castanet que les susd.

A repondeu qu'il y conneut un jeune homme nommé la Grandeur de Saumane et le nommé Louzeran de St André de Valbornie.

Interogé si Castanet a fait d'autres assemblées que les susdites

A repondeu qu'il en fit une a Vebron y ayant plusieurs habitants de Vebron et autres des environs

Interogé s'il sait rien de l'enlevement que firent les fanatiques de la poudre que les trouppes de Meyrueis avoit envoyé cherché a Milhau

A repondeu que huit fanatiques des mazages de Massevaques et lieux circonvoisins estant allés ches eux ayant esté avertis par quelqu'un de leurs voisins du convoy de la poudre ils feurent l'enlevé et porterent lad poudre a la troupe qui feut baillé a la Roze lequel en bailla un quart au repondant.

Interogé sy les nommés Abran Toumas et le soldat dezerteur qui vindrent avec liy ne feurent hier a lassamblée

A repondeu et accordé

Interogé s'il n'a un autre nom.

A repondeu que par subriquet on le nomme dit Fouzet

Interogé ou estoit il avant le mois de may dernier

A repondeu qu'il travailloit de son mestier a Coulonniac chés Pierre Jean ou il passa liver dernier.

Exorté a mieux dire la verité.

A repondeu l'avoir dit et lecture faite de ses interogatoires et reponces a dit ses reponces contenir verité ny voulant ajouter ny diminuer et na seu signer de ce requis

Nous ne savons pas ce qu'est devenu Jacques Cregut. Nous savons seulement qu'il a été incarcéré à la prison du Vigan d'avril à novembre 1703, puis qu'il a été transféré au fort de St-Hippolyte où il reste au moins jusqu'au 1er novembre 1704. Nous perdons ensuite sa trace : il n'a probablement pas été envoyé à la potence ou aux galères (nous le saurions par d'autres sources), pas libéré purement et simplement non plus (on ne l'aurait pas gardé autant en prison s'il avait collaboré pleinement avec les autorités). Il peut être mort en prison, être resté enfermé plusieurs années (on est loin de connaître encore le nom de tous les prisonniers et prisonnières de cette période), ou plus vraisemblablement aura été forcé de s'enrôler dans l'armée. Si par hasard ou par recherche quelqu'un avait des éléments pour que l'on retrouve sa trace, nous en serions bien sûr ravis !

Pierre ROLLAND

 

____________________________________________________________________

Si vous avez trouvé de l’intérêt à ce texte, aidez-nous à développer ce site : envoyez-nous des documents ou études si vous le pouvez, participez à notre souscription, etc

 

Appel à souscription pour le site Internet "camisards"

L'intérêt toujours présent pour l'histoire camisarde, la masse et la dispersion des études et documents sur le sujet, la volonté d'élargir les contacts entre historiens, érudits, chercheurs ou simples curieux de l'histoire des Cévennes, la volonté de donner une dimension internationale à ces contacts (USA et pays du refuge en particulier), nous ont amené à réaliser un site internet consacré aux camisards.

Ce site étant complètement hors circuit commercial, et gratuit, il nous faut trouver un financement indépendant. L'estimation du coût de la création et du fonctionnement pendant la première année est de 14 000 francs, d'où la raison de cet appel à votre participation financière. Nous complèterons en demandant des aides à divers organismes intéressés par nos travaux.

Pierre Rolland
PierreHenri.Rolland@wanadoo.fr

Les chèques sont à libeller à l’ordre de :
Association d’études et de recherche sur les camisards

Et à envoyer à :
Pierre ROLLAND 10 avenue Salvador Allende 69100 VILLEURBANNE